Ces billets de banque qui ont paniqué des nombreux guinéens

Ancienne coupure

Pour  lutter   contre  la  fraude  et   renforcer  la  sécurité  à  cause  des  faux  billets  en   grande quantité  qui  sont   actuellement   dans  le  pays,  la  BCRG  (banque  centrale  de  la  république  de   Guinée)  a  émis,  en  juillet  dernier,  une  nouvelle  coupure  des  billets  de  dix mille  Francs  qui  permettront   aux  autorités  de  pouvoir  connaitre  exactement  ainsi  que  de  contrôler  désormais   la  masse  monétaire.    En      effet,  selon   certains  experts,  cette  nouvelle  coupure  dispose    d’aspects  sécuritaires  difficilement   falsifiables  par   rapport  aux   précédentes, émises respectivement   en   2007,  2008,  2010  et  lors  du  cinquantenaire  de  la  monnaie  guinéenne. 

Nouvelle coupure

Mais    ces  derniers    jours,  l’utilisation  des  anciens  billets  dont  la   date   d’expiration  est    fixée   pour le  31 décembre   pose  d’importants    problèmes   dans  les  marchés,   les   transports   en   commun   ou     les    stations    services    à    Conakry    comme dans  certaines     villes  de  l’intérieur  depuis    que   ceux-ci   sont  récusés     par     une    partie     de   la       population .                                                                                                                                                                             Tout     est      parti   des    fausses    rumeurs    selon   lesquelles    à    compter   du   1er novembre  (ce jeudi)     les      banques    primaires      n’accepteront      plus     les  billets    de  dix milles   séries 2007, 2008 et 2010.  C’est    cela     à      l’origine      de   la     psychose.  Ces  rumeurs     n’ont   pas      tardé      à   se    propager    dans    toute    la     ville où  des  nombreuses  altercations   ont    été       signalées   entre     vendeurs     et     acheteurs   ,   automobilistes    et  pompistes       ,      chauffeurs  et      passagers    surtout      si   ces  derniers   n’ont   pas    d’autres   argents.

 Durant   tout  le week-end,  la  BCRG    a     multiplié     les    communiqués   et   les    sorties   dans   les   médias    pour     rassurer    les     citoyens       qui     ne     cessent        de       s’inquiéter.                                                                                   Par ailleurs,   on  apprend   ainsi    que    l’échange  des  anciennes  coupures   continuera    à  se  faire   aussi    bien    au   niveau    des    banques    commerciales     et       institutions     de   micro    finance    que   les   agences  de  la  banque  centrale   pour    toute   personne    ou    entreprise   qu’elle    soit   détentrice  ou   non    de   compte   bancaire,   et   c’est   sans  limitation   de    montant   jusqu’au    31  décembre 2012.    En    même   temps la  BCRG   demande     à  toutes     les     banques    primaires    de  ne    plus     ré-sortir    les    billets    qui    seront   retirés   du    marché   en    début    de  l’année     prochaine.   Et elle profite   de   l’occasion   pour     exhorter    les    citoyens    à    bancariser      leurs     avoirs. Comme   moi,  la majorité   de  la  population  habite conjointement  avec  leur  fortune.            En     Guinée,   le   taux  de   bancarisation  est  l’un  des  plus   faibles   de  l’Afrique.             Les   banques    commerciales  sont  pointées    du  doigt  par  des  clients    qui  les accusent  de  n’avoir   pas  respecté  les  consignes   que  la    banque    centrale  leur  a  données.                                                                                                                                                                   

Suite  au  rejet  des  « billets verts »,  des  informations  font  état   des   nombreux  rackets   de  la  part  de  rares  personnes  qui  acceptaient  de  les  prendre.  On  parle  des   taux  approximatifs   de  10% du  montant  à  rechanger.      D’autres   qui  sont  un   peu plus  âgés  gardent  encore  les  tristes  souvenirs  de  pertes  subies  lors des rechanges monétaires qui  ont  eu  lieu  dans  le  passé  surtout  sous  la  première république (le règne  de Sékou Touré) entre 1958 et  1984. Des  grandes  quantités  d’argent   ont   fini  dans  les  poubelles, nous dit-on. Ce mercredi  matin au  marché Madina à Conakry  où  je me suis rendu,  la  peur   s’était   considérablement  diminuée.   Du  moins  pour l’instant  en  attendant  la  date  butoir  du  31     décembre  à  minuit.

The following two tabs change content below.
cireass
Je suis Guinéen de nationalité et citoyen du monde. Je suis passionné de lecture, d'écriture et de NTIC. Welcome everybody !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *