Guinée: quand les politiques sont otages de leurs intérêts…

Crédit photo:  www.africvisionguinee.com

Normalement,    les     Guinéens    devront    se      rendre      aux    urnes  le  24   septembre  prochain   pour     le    compte     du   scrutin    législatif,     attendu    depuis    près     de      trois     bonnes     années.  Mais     à    quelques      jours   de   la    fameuse   date    aucun      politologue,      aucun     homme    politique    –qu’il soit   de   la     mouvance   ou   de   l’opposition–,    encore   moins    un    militant    n’est      en   mesure     d’assurer      que    ce     rendez-vous     ne     sera    pas    une      nouvelle      fois     raté.     Pour    cause,    les   acteurs    n’ont    pas     une     même     lecture      des     conditions    de      préparation     du     scrutin    devant     permettre    à    la      Guinée       de      tourner      définitivement   la      longue    page   de   la     transition    ouverte    au   lendemain     de    la   prise       du     pouvoir    par     la     junte   militaire    du     bruyant    capitaine    Moussa      Dadis    Camara, le 23 décembre 2008.   Puisque    nous    risquons   de   connaître   un     nouveau    report,   je   vais     briser    mon    silence   bien   que    la     politique   demeure    ma    bête     noire.   Pendant   que    les   accusations  de    préparation  des   fraudes    massives  et   tentatives  d’achat    de     conscience   se     multiplient,    la      campagne    va      bon   train    sur     le    terrain.    Sur    les   médias,       les   trottoirs   ou  encore   les  panneaux  publicitaires,    on     sent    la     ferveur     électorale.

Chacune    des  formations   politiques  ou    alliances   électorales   en     lice   essaye   de    convaincre   le    maximum    d’électeurs.       Dans     les    discours,   l’expression « défendre  l’intérêt     du     peuple »   est  quasi   présente.   Celle-ci    a    attiré    mon  attention.     J’ai       envisagé     de      demander    des    audiences    aux      ténors  de  la    scène   politique   pour    leur   dire   ce   que   je   pense   d’eux,   mais      quelques    raisons     m’ont      persuadé   de   ne     pas       le      faire.    D’abord,     ils    sont    tous    occupés   en     ce     moment      à      conquérir       les     électeurs   –je    pense  qu’ils    se    couchent   mais  ils   ne   dorment     pas.   Car    quiconque    rate      ce    scrutin  sera   politiquement  mort–       jusqu’à    des     contrées   qu’ils     n’avaient      jamais    foulées   auparavant.   Ensuite,     le     but    de    la    rencontre    n’étant    pas      pour    leur     présenter      des      nouvelles     recrues,    ma   chance      fond     comme    neige     au     soleil.    Et     enfin,      je     suis       encore     jeune   (moins     de    25      ans,  j’ai   dit).     Alors   que   –je   défie     quiconque     dirait   le   contraire–   dans    la    tête     de   nos    politiciens,   les   jeunes     n’ont    qu’un   seul      rôle    à        jouer     dans   la   politique :   mobiliser    des     foules    et    crier    ‘’prési’’   derrière   le     leader      qui    a     promis    de     transformer   leur     misère   en    paradis    sur      terre.  Sans     oublier   aussi   le    nombre   pléthorique   d’hommes      politiques     que    le   pays    compte,    qui    m’empêcherait    de   parler    à    tous     du    fait     qu’il     y   a    certains     que   je   ne   connais    même   pas.

Ainsi,   mon   expérience   plus   ou    moins    brillante   de     blogueur    me   conseille    de  me    servir    de   ce    que    les   NTIC    m’offrent   pour    leur    dire    mon   ras-le-bol,    comme    si    nous    étions   en  tête- à-tête.  Avec  Vous  que  je  vais  utiliser,  j’espère    que    chacun   se    reconnaîtra.

 Bonjour       Messieurs    les    « défenseurs    de   l’intérêt      du      peuple »,

J’espère      que     vous    vous     portez      bien    physiquement    –moralement,  ce    n’est   pas    possible     avant     la    proclamation      des         résultats     du    scrutin–   quant        à       moi   je   dis   Al    hamdoulillah.      D’abord,       je      tiens    à    vous      informer       que    je     suis     très      heureux      d’apprendre     que    vous       voulez     être     député      pour     défendre      l’intérêt    du    peuple     afin     que     celui-ci     sorte    de    la     pauvreté.    Toutefois,   j’ai     quelques    difficultés    à     comprendre       vos       intensions     (je     m’adresse    là    à     ceux     qui      ont       géré      ou    continuent   à     gérer).    Y a-t-il   eu   du        nouveau  dans     la   manière    dont      vous     voulez défendre    le     citoyen      lambda ?   Ou     bien   c’est      celle     d’avant      24   septembre  –si   le    chronogramme   arrive   à   tenir–   que     vous   souhaitez    consolider ?          Si     c’est    la    deuxième   qui     vous   semble   bénéfique   alors     je    ne   suis       point     rassuré.    La     Guinée,    c’est    55 ans   de      mauvaise      gestion.    Sinon     pourquoi,    en    dépit      de       tout   ce   que    la    nature      nous    a      offert,   l’électricité     demeure    un     luxe   dans   les foyers  ?    L’eau    du     robinet   et  l’état     de   nos      routes,     on   n’en    parle   même   pas.

J’ai        décidé       de    vous     (pouvoir   et  opposition)    mettre   dans    un      même    billet,    malgré   les    propos    peu    fraternels    que   vous    vous  échangez   par   micro   interposé,   parce   que   l’un    de    mes    profs     de    philosophie   au   lycée   m’a    dit   que    dans   un   bras     de    fer    toutes   les   parties  en  conflit   ont leur    part    de     responsabilité,  et   que   la    seule     différence    qui     pourrait    y   avoir   se     trouverait    au     niveau     du   degré   d’implication  de  chacune.    Notre    pays    est     en     crise    politique   depuis   plusieurs    années  et  par    conséquent,     je   crois    que     pouvoir   et    opposition   ont       des   comptes    à    rendre   au    peuple    de   Guinée  qui   a     longtemps   souffert    des    agissements    peu     orthodoxes    de    sa    classe     politique.  Vous    dites      que    c’est      le     bien    être     du    peuple     qui    vous    préoccupe,     pourtant   vous    n’arrivez     toujours    pas    à     vous   mettre     d’accord      pour    en     finir      avec     ces      législatives     lourdes         de    conséquences      tant    sur   le      plan       humain    que      matériel.     Certainement,    le    camp   qui      ne  peut     guère   les     remporter    sans        passer      par    des      moyens      illicites        veut      coûte   que    coûte    sortir     avec    la    majorité    absolue ;   d’où     l’origine     des    guéguerres    actuelles.    C’est     voler    les     suffrages      des    citoyens     que     vous    appelez      « défendre    l’intérêt      du     peuple » ?

Si   nos    voisins    sénégalais,    maliens,     sierra   léonais    ou     encore  ivoiriens,   qui      sortent      d’une      présidentielle   particulièrement   éprouvante,    disent     qu’ils    ont   de     la    pitié    pour    leur peuple,       je    peux    les      comprendre.    Mais      pour     ce    qui     est     de       votre      cas,    je    dirai    ce     que     vous         dites      n’engage         que       ceux      qui      croient.      C’est       parce      qu’il       y      a       un      clan     qui     veut    bon   gré,    mal   gré    protéger      ses      intérêts       qu’il       est     plus     facile     maintenant    de        déplacer       les      montagnes    que      d’aller       aux    élections.    Sinon     comment    se      peut-il       que    depuis         bientôt      trois     ans    nous       cherchons     en    vain     le     chemin     menant      aux    législatives ?

L’accord    politique     signé    le   3 juillet   dernier     avait    sonné   comme   une     lueur     d’espoir   jusqu’au-delà    de    nos    frontières    mais    malheureusement  on   se   dirige    vers    sa     noyade.   Pourquoi   la   rue    reste    le    seul    moyen   pour   faire    entendre   ses      cris,    avec   les     conséquences    que   l’on   connaît ?     Il    y a   quelques     jours,     j’ai   été    stupéfait   d’entendre    les    forces     de    sécurité    se   faire    féliciter  par   un    « grand »   de    ce   pays   pour    leur   « professionnalisme »  dans    la    gestion    du    marathon      de     Conakry  que   l’on   a    déploré  avant    juillet,      et   qui    risque   de   reprendre  ce    jeudi 19  septembre 2013.  On   est   tout   de   même   à       plus  de   cinquante    morts.   Au-delà  d’être    des  opposants,   ils   sont  avant    tout    des   fils    de   la   République.    Vous     accusez     vos   adversaires   d’avoir   envoyé      des   innocents     à   la    boucherie,    mais   depuis    quand   notre    pays    abrite  un    abattoir    réservé   aux   humains ?       Que    dit     notre    Constitution   dans   son    article   10 ?

Ce    que     je    regrette  surtout   en    vous  c’est   du   fait    qu’à    chaque  fois   qu’on   parle    d’élection,   vous   trouvez   des   stratégies   de    mauvaise   foi   pour   arriver    à    vos     fins : l’ethno-stratégie.    Pourquoi    vous   soulevez   des   questions    d’origine   dans     une    région   qui    vit   en   paix    depuis   des   siècles ?

En     bref,     je     voudrais    vous      dire   que    vos   procédés   actuels   laissent    des    doutes    sur  vos    réelles   intentions. Election    ou  pas,    le    peuple   de   Guinée    n’a    besoin   que    d’une     seule   chose:   la   tranquillité.  Etant    courageux,     il    sait      comment    se    prendre    en   charge     soi-même.

Veuillez     recevoir   les   salutations     d’un    citoyen    qui   souhaite    la   paix    dans   son     pays ! 

cireass

The following two tabs change content below.
cireass
Je suis Guinéen de nationalité et citoyen du monde. Je suis passionné de lecture, d'écriture et de NTIC. Welcome everybody !

10 réflexions au sujet de « Guinée: quand les politiques sont otages de leurs intérêts… »

  1. This election in Guinea is only good for Conde and RPG to fraudulently assume the majority in the national assembly and, more critically, to further cement Conde’s theft of the 2010 election. And, for the very same reasons, this is why the opposition must boycott elections. You know much better than I do what 3 years of Alpha Conde’s brutal treatment of fellow citizens and repression of Peuls has done to the country.
    As for demonstrations in the street, the opposition has nowhere else to go. Disenfranchised in elections and cut out of any participation in government, especially Peuls, it is critical for opposition to show the world it has the majority and the street provides the perfect stage. Cond’s anti-Peul policy is poison to the future of the country. At the age of 74, he is not likely to outgrow it, so he needs to be pushed out of the country one way or the other.
    As for peace, this is a luxury in Guinea. Before that, there must be justice. As they say no justice, no peace. Achieving justice is dangerous, bloody and deadly, but there will not be a Guinea to hand over to sons or granddaughters, if the fight is not waged beginning now with wholesale rejection of legislative elections.
    Thank you for your blog post and the opportunity to comment.
    Hasta la victoria siempre!
    Guineaoye

  2. c’est vraiment tres bien dit frere , ils doivent quand même faire une prise de conscience pour sauver notre peuple.
    nous sommes entrain de souffrir de tous les maux, nous avons tout et tout nous manque. scandale géologique est devenu scandale de pauvreté. Que Dieu nous aide. Amen!!!!!!!

    1. Amen, mon frère!!!
      Le problème de notre pays est le fait qu’il ait été toujours dirigé par des hommes qui ne se préoccupent que de l’avenir de leurs familles (monsieur, madame et les enfants). Quel que soit les richesses que la terre a si elles ne sont pas exploitées, le peuple restera pauvre. Et malheureusement, c’est la triste réalité que nous sommes confrontés. Big up guinéen

  3. Les tensions qui surgissent à la veille du scrutin sont très déplorables.L’accord du 3 juillet avait pourtant mis le pays sur la bonne voie.Aujourd’hui sa réussite est compromise à cause de ces politiciens.En tout cas ils ont intérêt à se ressaisir et offrir au pays un scrutin apaisé. J’espère qu’ils ne donneront pas tort à mes réflexions. Bonne chance à ton pays.

  4. Belle analyse. Tous ces politiciens ne se soucient que de leurs intérêts. Le peuple souffre, eux en profitent. Excellente plume Thierno 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *