Pouvoirs mystiques : porteurs de bonheur ou véritables causeurs de malheur ?

Crédit photo : jeuneafrique.com 

Comme de nombreux pays d’Afrique, la Guinée a une multitude de coutumes et traditions, dont la portée au sein de la société demeure mitigée. La croyance aux pouvoirs mystiques est veille de plusieurs siècles. Malgré une population croyant à des religions monothéistes (environs 85 % de musulmans et 8 % de chrétiens) qui considèrent la pratique de la sorcellerie comme une hérésie, des personnes issues de toutes les couches de la société consultent un « voyant » avant de s’engager dans une aventure (création d’une entreprise, officialiser des fiançailles, etc.).  Ainsi, ceux qui prétendent détenir de pouvoirs mystiques, qui peuvent changer le destin d’un individu, se frottent les mains. Si ces personnes avaient l’habitude d’exercer leur activité dans l’ombre, cette période semble être révolue. De nos jours, les marabouts et les guérisseurs traditionnels -il n’y a pas de grande différence entre ces deux corporations- n’hésitent plus à acheter des temps d’antenne sur des radios privées, et à ériger par endroits des panneaux publicitaires dans l’espoir de gagner plus de clients.

Services qu’ils revendiquent et mettent à la disposition du public 

Il faut tout d’abord savoir que le vrai féticheur -qu’il soit capable de quelque chose ou non- dit toujours être apte à répondre aux souhaits de la personne qui se confie à lui. Il est capable de tout ; même traiter un cas confirmé d’Ebola ! On peut apprendre, par exemple, à travers sa communication qu’il traite toute une panoplie de maladies que même de médecins chevronnés du monde entier n’ont jusqu’à présent pas pu  éradiquer : hémorroïdes, stérilité, diabète, faiblesse sexuelle, constipation, syphilis, gonococcie, paludisme… et tout dernièrement Ebola, qui ravage en ce moment certains pays de l’Afrique de l’Ouest dont l’épicentre se trouve en Guinée. Bref, toutes les maladies qui rappellent aux Guinéens le manque de système de santé opérationnel dans leur pays. Ils revendiquent en outre le pouvoir d’aider tout individu voulant bâtir un empire financier solide, pourvu qu’il s’acquitte du « prix de cola » (celui-ci peut atteindre des dizaines de millions de francs guinéens) ; consolider une relation conjugale durable, peu importe le degré d’amour qui existe entre les deux partenaires -c’est là que certaines dames s’endettent pour remplir les poches de leur « karamoko » (marabout) ; permettre aux diplômés qui, depuis près d’une décennie, attendent désespérément leur première embauche, de trouver enfin un emploi, et non le moindre : celui qu’ils ont toujours rêvé ; aux plus chanceux qui ont déjà trouvé où porté  leurs espoirs de décrocher de promotions de temps en temps auprès de leur employeur, même s’ils n’apportent aucun bénéfice à l’entreprise ; aux demoiselles qui n’ont jamais connu même une drague sérieuse à plus forte raison un mariage, la tendance s’inversera dès qu’elles feront un tour de ce côté. Et mêmes les assoiffés du pouvoir, qui, pourtant ne peuvent même pas relier leur propre famille (l’épouse et les enfants) derrière leur programme de société ont également leur place chez le marabout.

Derrière ces assurances se cachent de véritables problèmes 

Loin des propos ensorcelant, bien que ce phénomène  arrange parfois, il faut reconnaître cependant qu’il cause de sérieux problèmes dans la vie de ceux qui le pratiquent. Près de nous dans nos foyers ou nos voisinages, on assiste aux disputes dont la source n’est autre que la « révélation »  d’un marabout annonçant à l’une des dames du sieur le polygame que sa coépouse s’apprête à jeter un mauvais sort sur elle. Ou encore l’échec de son enfant à l’école n’est pas un fait du hasard ; c’est sa coépouse qui a orchestré cela ; et même si le malheureux jeunot  n’a rien appris durant l’année écoulée. En exposant un problème à un marabout, il faut toujours s’attendre à la désignation d’un bouc émissaire. Et souvent l’accusé ne viendra pas de loin. C’est généralement un cousin, un frère, une soeur, un oncle… qui sera pointé du doigt.  Malheureusement, ceux qui n’accordent pas la présomption d’innocence aux personnes suspectées d’avoir commis tel ou tel acte de fétichisme se laissent emporter par la colère ; d’où la situation tourne au vinaigre. Il n’est pas surprenant de voir toute une famille se déchirer à la suite du verdict d’un diseur de bonne aventure.

On enregistre des crimes crapuleux attribués aux actes de sacrifices humains. Chaque année, ce sont des dizaines de corps sans vie  manquant d’organes (oreilles, yeux, parties génitales, etc.) sont retrouvés. La sphère publique n’est pas en reste du phénomène. « Ce n’est pas par hasard qu’on devient puissant », dit-on. Récemment, un observateur de notre vie politique m’a confié que si l’on constate que c’est (toujours) les mêmes personnes qui se succèdent à la tête de l’État depuis des décennies c’est parce que leurs fétiches n’ont pas dit leur dernier mot. Analyse à vérifier.  Mais ce qui est sûr, c’est que la gestion du pouvoir en Guinée fait depuis longtemps appel aux pouvoirs invisibles.

Par cireass 

 

The following two tabs change content below.
cireass
Je suis Guinéen de nationalité et citoyen du monde. Je suis passionné de lecture, d'écriture et de NTIC. Welcome everybody !

3 réflexions au sujet de « Pouvoirs mystiques : porteurs de bonheur ou véritables causeurs de malheur ? »

  1. Marabouts,guérisseurs traditionnels,vrais féticheurs,voyants,sorçiers influençent tellement la Société Africaine dans son ensemble.Je connais maintenant la différence parmi ceux qui ont ces Pouvoirs Mystiques aujourd’ui.Article très très intéressant…

  2. Thierno pareil au Cameroun. Nous avons des « marabouts » qui se disent capables de soigner le Vih-Sida, les cas de stérilité diagnostiquée par des médecins chevronnés, le cancer… Et plusieurs personnes croient en eux. Et avant un mariage par exemple Thierno, dans plusieurs familles, est vérifié chez le marabout. Son avis compte. C’est même l’avis principal. Sa parole n’est pas remise en compte. Voilà l’un des freins à notre développement. Pareil pour les masques. Ce billet dit tout…

  3. Certains billets de blogs bien écrits résistent à l’effet du temps et gardent toute leur valeur, des fois ils ont meme une portée universelle. Celui-ci d’un de mes blogueurs guinéens préférés en fait partie. Il traite des pouvoirs mystiques en Guinée, mais de New-York à Paris, de Londres à Phnom-Penh, de Rome à Nice, etc. qui pourrait me dire que chez lui la consultation des voyants et des autres individus qui s’attribuent des pouvoirs que la Nature a nié aux communs des mortels, n’existent pas?

    On retrouve leur publicité dans nos boites à lettres, dans les journaux, TV et radios. À Rome, on les retrouve à toute heure à Piazza Vittorio ou à Piazza Colonna face au siège du gouvernement italien et de Il Tempo, un des principaux quotidiens du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *