Pourquoi nous devons tous nous mobiliser pour retrouver Chérif Diallo

Depuis plus de 10 jours, un journaliste reporter d’images (JRI) guinéen est porté disparu. Chérif Diallo travaille pour la chaîne privée Espace TV ; sa disparition inquiète sa famille, ses collaborateurs et tous ses confrères. Les recherches effectuées pour le retrouver sont toutes restées vaines.

image

On ne sait pas grand-chose sur les circonstances de sa mystérieuse disparition. Le jeune reporter, âgé d’une trentaine d’années, a été vu la dernière fois à la rédaction d’Espace TV le 23 juillet 2015 en début de soirée. Ce jour-là, il a confié à des collègues qu’il rentrait à la maison pour rompre le jeûne. Ce qu’il a effectivement fait selon les témoignages des membres de sa famille. Ensuite, il est allé à un rendez-vous qu’il avait avec des amis avec lesquels il travaille sur un projet d’impression d’affiches publicitaires. C’est là qu’une vive altercation aurait éclaté entre lui et ses « amis » à propos du partage du bénéfice rapporté par le marché.

Selon Moussa Moise Sylla, journaliste à la radio Espace FM et directeur de la télévision, ses « amis » sont repartis en voiture à l’issue de cette vive altercation. Chérif a suivi quelques minutes après sur sa moto. Depuis lors, on a aucune nouvelle de lui. Ses numéros de téléphone sont injoignables. Et l’inquiétude gagne ses proches.

Face à cette inquiétante situation, nous devons tous nous mobiliser pour retrouver Chérif. Qu’on soit homme de média (journaliste, cadreur, photographe, etc.), militant des droits de l’homme, web-activiste, fonctionnaire, étudiant , diplômé sans emploi, commerçant… tout le monde doit se joindre au combat pour le retrouver sain et sauf. Quelles que soient les raisons qui ont conduit à sa disparition, nous ne devons pas rester indifférents. En vérité, ce qui lui est arrivé peut arriver à chacun de nous. C’est pour cela que nous devons nous unir comme un seul homme pour dire NON à l’insécurité.

Sa disparition liée à son métier de journaliste ?

Pour le moment, aucune preuve ne peut appuyer cette piste. Mais dans un pays où les journalistes sont régulièrement agressés dans l’exercice de leur métier, on ne peut pas non plus l’écarter définitivement. Si tel est le cas, c’est tous les journalistes qui sont visés, car après Chérif on ne sait pas qui serait le prochain sur la liste à subir le même sort.

La liberté d’expression ne tombe jamais du ciel. C’est nous-mêmes, journalistes, blogueurs, artistes, écrivains et autres libres penseurs, qui la faisons imposer. C’est nous, que les uns et les autres n’arrêtent jamais d’insulter à longueur de journée, qui semons, arrosons et entretenons la liberté d’opinion dans notre pays. Si nous la laissons couler, c’est notre survie qui en dépend !

Une affaire – privée – qui a mal tourné ?

L’hypothèse d’une affaire, à propos du partage du gain, qui a mal tourné est bien possible. Si ce sont ses amis qui l’ont fait disparaître, depuis treize jours maintenant, là encore il y a de quoi s’interroger.  Pour une police professionnelle, la première chose à faire dans une affaire similaire aurait été d’entendre les derniers à l’avoir vu.

Incapables de trouver les auteurs de la disparition du journaliste, les services de sécurité montrent une nouvelle fois leur incapacité à être au service de la population.

Malheureusement, ici, on se contente encore de simples déclarations du genre : “Nous avons ouvert une enquête” ou encore “les investigations se poursuivent pour retrouver les auteurs” ; alors que dans une affaire de disparition, chaque minute compte. Pierre Bellemare sait de quoi je parle !

Une forte mobilisation sur la Toile

Plus les jours passent, plus l’angoisse grandit et la mobilisation s’intensifie, notamment sur la Toile. Ce lundi, l’Association des blogueurs de Guinée (Ablogui) a lancé une campagne en ligne, dénommée #TrouvonsChérifEspace, pour retrouver le reporter.

#TrouvonsCherifEspace : @ablogui sonne la mobilisation sur la Toile à travers un hashtag – (Déclaration) http://t.co/0dy8t4bniD

— Fodé S. Kouyaté (@sanikayi) 3 Août 2015

Le hashtag a été repris par plusieurs internautes ainsi que les comptes Twitter et Facebook du gouvernement guinéen.

#TrouvonsCherifEspace : mettons fin à 12 jours d’angoisse ! pic.twitter.com/1wom0pk6TR

— lamine nabe (@mnabe_m) 3 Août 2015

#GouvGN #Gn224 #TrouvonsChérifEspace pic.twitter.com/kH80fLHV3e

— Gouvernement GN (@GouvGN) 3 Août 2015

Pour mettre fin à l’angoisse de sa famille et nous permettre de savoir ce qui est arrivé à notre collègue, ami, camarade et/ou… compatriote, Chérif Diallo, la mobilisation doit être nationale. Comme on dit, quand un oiseau se pose sur la tête de ton ami, dit lui simplement de quitter ‘votre’ tête, parce que sinon après tu pourrais être le prochain à recevoir sa visite.

Chérif, reviens-nous maintenant ! Nous te cherchons partout avec l’espoir de te retrouver sain et sauf dans un bref délai.

Par cireass

The following two tabs change content below.
cireass
Je suis Guinéen de nationalité et citoyen du monde. Je suis passionné de lecture, d'écriture et de NTIC. Welcome everybody !

2 réflexions au sujet de « Pourquoi nous devons tous nous mobiliser pour retrouver Chérif Diallo »

  1. Bien dit Thierno. Nous sommes tous de probables Chérif Diallo. Et pour cela, nous ne devons dormir tranquillement sans l’avoir retrouvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *