Massacre du 28 septembre 2009 : Sékouba Konaté bientôt entendu

image
Les autorités guinéennes semblent [enfin] bien déterminées à rendre justice aux victimes des massacres de septembre 2009 à Conakry. En effet, quelques jours après l’inculpation de l’ancien chef de la junte militaire, Moussa Dadis Camara, le ministre de la Justice et garde des Sceaux, a annoncé jeudi au cours d’une conférence de presse que le général Sékouba Konaté sera prochainement interrogé par le pool des juges en charge du dossier.

À lire aussi : Massacre du 28 septembre 2009 : quatre ans après, les victimes réclament justice

Pour cette première audition, l’ex-numéro trois du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) sera entendu en tant que témoin. Cependant, prévient Me Cheick Sacko, personne ne sera épargné dans ce dossier.

Il assure que les personnes impliquées (de près ou de loin) dans ce dossier seront entendues, dans un premier temps, comme des témoins. C’est par la suite que les magistrats décideront de les inculper ou non. En outre, Me Sacko salue le professionnalisme des juges.

Au moment du massacre du 28 septembre 2009 au stade éponyme de Conakry, le général Konaté était ministre de la Défense et [était] en voyage officiel au Liban. Après la tentative d’assassinat perpétrée contre Dadis Camara par le chef de la garde présidentielle, Aboubacar “Toumba” Diakité, c’est à lui qu’avait été confiée la seconde phase de la Transition (entre janvier et décembre 2010) qui a permis à l’organisation des premières élections “libres” de l’histoire de la Guinée.

A lire aussi : Violences à Conakry : la police dément l’utilisation d’armes à feu

Pour rappel, les violences perpétrées le 28 septembre 2009 et les jours suivants par les forces de sécurité et des éléments de l’armée ont fait 157 morts, des dizaines de disparus et au moins une centaine de femmes et filles violées. L’ONU et les organisations de défense des droits de l’homme ont conclu que les crimes commis ce jour-là étaient des “crimes contre l’humanité”.

Au total, près de vingt personnes ont été inculpées par la justice guinéenne depuis l’ouverture de la procédure. La dernière inculpation en date, c’est celle de l’ancien président de la junte Moussa Dadis Camara qui est poursuivi pour meurtre, complicité d’assassinat, pillage [ou encore] non-assistance à personne en danger.

Par cireass

The following two tabs change content below.
cireass
Je suis Guinéen de nationalité et citoyen du monde. Je suis passionné de lecture, d'écriture et de NTIC. Welcome everybody !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *